Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
"NAVIGARE NECESSE EST"

Le thème de la mort dans la philosophie latine

Organisation de la séquence enTerminale Latin :2010-2011

1- Lecture préalable du chapitre des Essais de Montaigne, LivreI, 19 : " Que philosopher c'est apprendre à mourir."

-Travail sur l'argumentaire de Montaigne à partir du point de vue de Cicéron in "Tusculanes" Livre I : " Tota enim philosophorum vita, ut ait idem ( Plato), commentatio mortis est."

2 -Retrouver dans le texte de Montaigne les références aux trois gtextes latins du corpus retenu, et citations  :

        Texte 1 : Cicéron, Tusculanes Livre I, XXXI, 75. 76

        Texte 2 : Sénèque : Lettres à Lucilius, I, 28.

        Texte 3:  Lucrèce, De Rerum Natura ,  III, vers 931-951.

    Ill. : Memento mori, mosaïque polychrome de Pompéi, Ier siècle, calcaire et marbres colorés, 41 x 47 cm (©Archive de la Surintendance des Biens culturels et archéologiques de Naples et de Pompéi).

     -  Les textes latins :

1-   Texte 1 : Cicéron in Tusculanes, Livre I, XXXI, 75-76.

Tota enim philosophorum vita, ut ait idem, commentatio mortis est. XXXI 75 Nam quid aliud agimus, cum a voluptate , id est a corpore, cum a re familiari, quae est ministra et famula corporis, cum a re publica, cum a negotio omni sevocamus animum, quid inquam, tum agimus nisi animum ad se ipsum advocamus, secum esse cogimus maximeque a corpore abducimus ? Secernere autem a corpore animum , nec quicquam aliud, est mori discere.  Quare hoc commentemur, mihi crede, disjungamusque nos a corporibus, id est consuescamus mori . Hoc, et dum erimus in terris, erit illi caelesti vitae simile, et cum illuc ex his vinclis emissi feremur, minus tardabitur cursus animorum. Nam qui in compedibus corporis semper fuerunt, etiam cum soluti sunt, tardius ingrediuntur, ut ii, qui ferro vincti multos annos fuerunt. Quo cum venerimus, tum denique vivemus ; Nam haec quidem vita mors est, quam lamentari possem, si liberet.

76 Satis tu quidem in Consolatione es lamentatus ; quam cum lego, nihil malo quam has res relinquere , his vero modo auditis multo magis.

 

2-  SENEQUE, Lettres à Lucilius, I,28.

Le stoïcien devant la mort.

   Sénèque invite son correspondant Lucilius à ne pas se soucier de la mort.

 'Difficile est' inquis 'animum perducere ad contemptionem animae.' Non vides quam ex frivolis causis contemnatur? Alius ante amicae fores laqueo pependit, alius se praecipitavit e tecto ne dominum stomachantem diutius audiret, alius ne reduceretur e fuga ferrum adegit in viscera: non putas virtutem hoc effecturam quod efficit nimia formido?

  Nulli potest secura vita contingere qui de producenda nimis cogitat, qui inter magna bona multos consules numerat.  Hoc cotidie meditare, ut possis aequo animo vitam relinquere, quam multi sic complectuntur et tenent quomodo qui aqua torrente rapiuntur spinas et aspera. Plerique inter mortis metum et vitae tormenta miseri fluctuantur et vivere nolunt, mori nesciunt.



   Fac itaque tibi jucundam vitam omnem pro illa sollicitudinem deponendo. Nullum bonum adjuvat habentem nisi ad cujus amissionem praeparatus est animus; nullius autem rei facilior amissio est quam quae desiderari amissa non potest.  

JUXTALINEAIRE :

 

Sénèque / lettre à L page 166.

 

( 1-7)

 

« difficile est, inquis,

 

« il est difficile, dis-tu

 

perducere animum

 

d’amener une âme

 

ad contemptionem animae ? »

 

à mépriser la vie.”

 

non vides

 

ne vois-tu pas,

 

quam ex frivolis causis

 

pour quelles vaines raisons,

 

contemnatur?

 

on la méprise?

 

Alius pependit laqueo

 

L’un se pend ( s’est pendu) à un lacet

 

ante amicae fores,

 

l’autre se jette d’un toit,

 

alius se praecipitavit e tecto,

 

un 3° se plonge un couteau dans le ventre,

 

ne reduceretur e fuga :

 

pour ne pas être repris dans sa fuite :

 

non putas

 

ne penses-tu pas

 

virtutem hoc effecturam ( esse),

 

que la vertu accomplira

 

quod nimia formido efficit ?

 

ce qu’une  peur excessive a fait (faire) ?

 

( 8-15)

 

Nulli potest secura vita contingere

 

Nul ne peut ( on ne peut) atteindre la tranquillité dans sa vie,

 

qui de producenda ( vita) nimis cogitat

 

qui pense trop ( si on pense trop) à la prolonger,

 

qui inter magna bona

 

qui parmi les grands bienfaits

 

multos consules numerat.

 

compte de nombreuses personnalités.

 

Hoc cotidie meditare,

 

Réfléchis chaque jour,

 

ut possis vitam relinquere,

 

aux moyens d’abandonner cette vie

 

animo aequo

 

sereinement ,

 

quam multi ( sic) complectuntur

 

que beaucoup étreignent

 

et tenent

 

et agrippent,

 

quomodo qui rapiuntur aqua torrente

 

comme ceux qui sont emportés par un torrent,

 

spinas et aspera ( completuntur et tenent)

 

( étreignent et agrippent) des ronces et des rochers.

 

Plerique

 

La plupart,

 

fluctuantur

 

sont ballottés,

 

miseri,

 

Les malheureuxs ,

 

inter mortis metum

 

entre la peur de la mort,

 

et vitae tormenta :

 

et les tourments de la vie :

 

et vivere nolunt,

 

et ils ne veulent pas vivre,

 

mori nesciunt.

 

(mais) ne savent pas mourir ( asyndète).

 

( 16-20)

 

Fac, itaque

 

Fais toi donc

 

tibi jucundam vitam,

 

une vie agréable ;

 

deponendo omnem sollicitudinem

 

en te départissant de toute inquiétude

 

pro illa.

 

en ce qui la concerne.

 

Nullum bonum adjuvat habentem,

 

Aucun bien ne réjouit celui qui le possède ( son détenteur)

 

nisi animus praeparatus est

 

si son âme n’a pas été préparée

 

ad cujus amissionem;

 

à la perte de cela ( à le perdre)

 

amissio autem nullius rei

 

or, la perte d’aucune chose

 

facilior est,

 

n’est plus facile ( = rien n’est plus facile à perdre)

 

quam desiderari non potest

 

que de ne pouvoir désirer

 

quae amissa.

 

ce qu’on a perdu.( = que ce qu’on est capable de ne pas regretter).

 

 

3- L’épicurien devant la mort:

EPICURE, De rerum Natura, III, vers 931-951.

 

Le poète traite, au livre III, de la nature de l’âme, qui pour lui est matérielle tout autant que le corps : au moment de la mort, elle se dissipe dans l’air et meurt avec le corps. Lucrèce incite l’homme à ne pas craindre la mort, en donnant la parole à la Nature sous  forme de prososopée.

 

Denique si vocem rerum natura repente.
mittat et hoc alicui nostrum sic increpet ipsa:
« Quid tibi tanto operest[1], mortalis, quod nimis aegris
luctibus indulges? quid mortem congemis ac fles?
Nam <si> grata fuit tibi uita ante acta priorque
et non omnia pertusum congesta quasi in uas
commoda perfluxere atque ingrata interiere;
cur non ut plenus uitae conuiua recedis
aequo animoque capis securam, stulte, quietem?
 sin ea quae fructus cumque es periere profusa
uitaque in offensost, cur amplius addere quaeris,
rursum quod pereat male et ingratum occidat omne,
non potius uitae finem facis atque laboris?
nam tibi praeterea quod machiner inueniamque,

 quod placeat, nihil est; eadem sunt omnia semper.
si tibi non annis corpus iam marcet et artus
confecti languent, eadem tamen omnia restant,
omnia si perges uiuendo uincere saecla,
atque etiam potius, si numquam sis moriturus',
quid respondemus, nisi iustam intendere litem
naturam et ueram uerbis exponere causam?

 

 

   

 

Juxtalinéaires / Lucrèce : texte 3 : délibérer.

 

Denique

Enfin

si rerum Natura

si la nature

vocem repente mittat

prenait tout à coup la parole,

et sic increpet ipsa

et ( si elle) morigénait ( invectivait) elle-même ainsi

hoc alicui nostrum :

l’un d’entre nous :

« Quid tibi tanto operest ( opera est)

qu’est-ce qui vaut tant la peine à tes yeux

mortalis,

mortel,

quod indulges

pour que tu t’abandonnes

nimis aegris luctibus ?

à un chagrin trop douloureux ?

Quid congemis ac fles

 Pourquoi  gémis-tu et pleures-tu

mortem ?

sur la mort ?

Nam si vita

Car si la vie

ante acta priorque

que tu as menée jusqu’ici

grata fuit tibi

te fut agréable

et ( si) omnia

et ( si) tous les plaisirs ( avantages)

non perfluxere ( perfluxerunt) atque ingrata, interiere( interierunt)

ne se sont pas écoulés   et ne sont pas morts,   sans joie,

quasi  congesta in vas pertusum

comme s’ils avaient été accumulés  dans un vase percé,

an non recedis

pourquoi ne te retires –tu pas

ut plenus vitae conviva

comme un convive rassasié de vie,

( an non) aequo animoque capis

( pourquoi)n’acceptes-tu pas avec sérénité,

securam quietem,

le repos assuré,

stulte ?

stupide ( que tu es) ?

 

 

Sin

Si au contraire

ea quae…cumque fructus es

tout ce dont tu as joui

periere profusa

s’est dissipé avec profusion,

in vitaque offensus est ( tibi )

et si tu es lassé de la vie,

cur amplius quaeris addere,

pourquoi cherches-tu à prolonger davantage,

quod rursum

ce qui à son tour,( = ce dernier délai qui)

pereat male,

expirera de façon malheureuse

et ingratum occidat omne

et disparaîtra tout entier , pour ton désagrément ;

( cur) non potius finem facis

( pourquoi) ne pas plutôt mettre fin

vitae atque laboris ?

à ta vie et à tes souffrances ?

Nam  nihil est

Car il n’y a rien

 praeterea quod,

en plus, que

tibi machiner inveniamque

je puisse inventer et imaginer pour toi

quod placeat,

qui te plaise,

eadem sunt omnia semper.

toutes les choses sont toujours les mêmes.

Si tibi corpus

Si ton corps

non jam marcet annis

n’est pas  encore affaibli par les ans,

et (si) artus confecti languent,

et (si) tes membres ne languissent pas, épuisés,

eadem tamen omnia restant,

toutes les choses cependant demeurent les mêmes,

( etiam) si pergas vivendo

même si tu t’obstinais en restant en vie,

vincere saecla,

à vaincre les siècles,

atque etiam potius

et plus encore

si numquam moriturus sis. »

si jamais tu ne devais mourir. »

Quid respondemus,

Que répondons-nous

nisi naturam intendere

si ce n’est que la nature nous intente

justam litem,

un légitime procès,

et exponere veram causam

et qu’elle défend une juste cause

verbis ?

par ces mots ?

 

 

 



[1]Operest=opera est.

 

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :