Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
"NAVIGARE NECESSE EST"

Articles récents

Fantômes à Rome, sueurs froides et maisons hantées !

6 Janvier 2011 , Rédigé par Glaukopis Athéna

 

Idolum, effigies, spectrum, imago, larva, umbrae, des mots pour nommer le fantôme, le spectre, l'image ou l'ombre du vivant, fantôme sans os ...

 

Chez PLine le Jeune dans sa correspondance  avec Trajan, cette anecdote :

 

Erat Athenis spatiosa et capax domus, sed infamis et pestilens. Per silentium noctis sonus ferri et, si attenderes acrius, strepitus vinculorum longius primo, deinde e proximo reddebatur : Mox apparebat idolon, senex macie et squalore confectus, promissa barba, horrenti capillo; cruribus compedes, manibus catenas gerebat quatiebatque.

Inde inhabitantibus tristes diraeque noctes per metum vigilabantur; vigiliam morbus et, crescente formidine, mors sequebatur. Nam interdiu quoque, quamquam abscesserat imago, memoria imaginis oculis inhaerebat, longiorque causis timoris timor erat. Deserta inde et damnata solitudine domus totaque illi monstro relicta; proscribebatur tamen, seu quis emere seu quis conducere ignarus tanti mali vellet.

Venit Athenas philosophus Athenodorus, legit titulum, auditoque pretio, quia suspecta vilitas, percunctatus omnia docetur ac nihilo minus, immo tanto magis, conducit. Ubi coepit advesperascere, iubet sterni sibi in prima domus parte, poscit pugillares, stilum, lumen; suos omnes in interiora dimittit, ipse ad scribendum animum, oculos, manum intendit, ne vacua mens audita simulacra et inanes sibi metus fingeret. Initio, quale ubique, silentium noctis, dein concuti ferrum, vincula moveri.

Ille non tollere oculos, non remittere stilum, sed offirmare animum auribusque praetendere. Tum crebrescere fragor, adventare et iam ut in limine, iam ut intra limen audiri. Respicit, videt agnoscitque narratam sibi effigiem. Stabat innuebatque digito, similis vocanti. Hic contra ut paulum exspectaret manu significat rursusque ceris et stilo incumbit. Illa scribentis capiti catenis insonabat. Respicit rursus idem quod prius innuentem nec moratus tollit lumen et sequitur.

 Ibat illa lento gradu, quasi gravis vinculis. Postquam deflexit in aream domus, repente dilapsa deserit comitem. Desertus herbas et folia concerpta signum loco ponit.
Postero die adit magistratus, monet ut illum locum effodi iubeant. Inveniuntur ossa inserta catenis et implicita, quae corpus aevo terraque putrefactum nuda et exesa reliquerat vinculis; collecta publice sepeliuntur. Domus postea rite conditis manibus caruit.

Pline le Jeune

Lettres, VII,27.

 

 

Et puis chez Plaute, "Mostellaria" ou la comédie du fantôme : A vos Gaffiots !

 

La pièce est sur ce lien :

http://remacle.org/bloodwolf/comediens/Plaute/mostellaria.htm

 

A Rome, où l'on se moquait assez volontiers des dieux de l'Olympe, les esprits forts étaient cependant assez rares; peu se défendaient de la croyance aux apparitions, aux spectres, aux prodiges : c'est dire que le titre seul de la comédie de Plante devait exciter puissamment l'intérêt. Un jeune dissipateur, en l'absence de son père, gaspille la fortune et fait de la maison le théâtre d'orgies continuelles.

Le père revient au moment même où les convives sont dans toute l'effervescence du plaisir. Il va entrer, il frappe : comment le retenir ? L'esclave Tranion, qui le guette, s'élance vers lui, l'épouvante, en lui faisant croire que la maison a dû être abandonnée à cause de l'apparition d'un fantôme, le fantôme d'un hôte assassiné par le précédent propriétaire. Mais un usurier survient, et réclame l'intérêt d'une somme qu'il a prêtée.

Nouvelle fourberie : cet argent, dit l'esclave, a été employé à l'acquisition d'une autre maison, une maison magnifique, que l'on a eue presque pour rien. Quelle est cette maison ? Celle du voisin.

Le vieillard veut la visiter; Tranion l'y conduit, il ose même mettre en présence les deux vieillards; le bonhomme est charmé des portiques, des cours, des appartements, il trouve l'acquisition excellente et se frotte les mains, quand un esclave qui vient chercher l'un des convives évente toute la ruse. Grande colère du père; mais un ami de son fils, que l'on a vu ivre et qui a cuvé son vin, obtient la grâce et du jeune homme et de l'esclave.

Les Spartiates, pour dégoûter leurs enfants de l'ivrognerie, leur mettaient sous les yeux des esclaves ivres; Plaute,pour donner une leçon à la jeunesse romaine, ne craint pas de lui montrer, dans le spectacle d'une orgie complète, la dégradation où mène la débauche.

 

ARGUMENT :

Philolachès achète sa maîtresse, l'affranchit et mange tout le bien en l'absence de son père.

Le vieillard, à son retour, est mystifié par Tranion, qui lui dit qu'il revient dans la maison des spectres épouvantables, et qu'il a fallu d'abord en sortir.

Survient un avare usurier qui réclame ses intérêts. Le bonhomme est dupé une seconde fois : Tranion lui fait croire qu'on a emprunté pour acheter la maison. Il demande où elle est, on lui indique celle du plus proche voisin. Il la visite, puis il gémit d'avoir été trompé : cependant il se laisse apaiser par l'ami de son fils.

 

PERSONNAGES.

TRANION, esclave de Philolachès.

GRUMION, fermier de Theuropide.

PHILOLACHÈS, fils de Theuropide.

PHILÉMATIE, courtisane.

SCAPHA, suivante de Philématie.

CALLIDAMATE, ami de Philolachès.

DELPHIUM, courtisane.

THEUROPIDE, père de Philolachès.

SIMON, voisin de Theuropide.

UN USURIER.

PHANISQUE, esclave de Callidamate.

UN AUTRE ESCLAVE de Callidamate.

UN TROISIÈME ESCLAVE.

LE REVENANT.

 

 

Lire la suite

la Gaffiot en ligne !

2 Décembre 2010 , Rédigé par Glaukopis Athéna

 

 C'est sur ce lien : dictionnaire français -latin et latin -français.

http://www.lexilogos.com/latin_langue_dictionnaires.htm#

Lire la suite

Google tranlate se met au latin !

4 Octobre 2010 , Rédigé par Glaukopis Athéna

Google a ajouté à son service de traduction automatique le latin, qui devient ainsi la 58e langue - et la première langue morte - proposée par Google Translate (www.translate.google.com). 

La compagnie précise que ce nouvel outil informatique sera notamment utile aux 100.000 étudiants américains qui passent chaque année l'examen national de latin (National Latin Exam).

Georgina Prodhan, Guy Kerivel pour le service français

Lire la suite

Les Adages d'Erasme à la publication !

21 Septembre 2010 , Rédigé par Glaukopis Athéna

Les Adages d’Erasme

 

Le GRAC (UMR 5037) et la société d’édition des Belles Lettres sont heureux de présenter à leurs lecteurs les Adages d’Erasme. Incomparable réservoir d’informations sur les cultures antiques et sur leur redécouverte à la Renaissance, ce chef-d’œuvre de l’humanisme européen n’avait jamais été présenté gratuitement, dans son intégralité et en plein texte. Il est désormais à la disposition du public le plus large.

 

Il a fallu pour cela le dévouement de soixante collaborateurs bénévoles, *qui n’ont jamais ménagé leur peine. Nous voudrions ici leur adresser nos plus chaleureux remerciements. Convaincus par l’enthousiasme et la détermination sans faille de Jean-Christophe Saladin, directeur de la collection « Le miroir des humanistes », ils ont accepté de prendre leur part dans cette entreprise parfois ingrate, qui consiste à saisir ou retranscrire un texte avec toute la fidélité nécessaire à sa lecture. Leur seule récompense : avoir ensuite la joie de le traduire en français. Cette traduction, inédite elle aussi, et depuis longtemps attendue, sera publiée par les Belles Lettres au printemps 2011. Puisse le texte latin, celui que nous vous présentons, aiguiser votre appétit !

 

Je dois, bien entendu, adresser des remerciements tout particuliers à Jean-Christophe Saladin : ceux qui le connaissent savent combien il est agréable de travailler avec lui. Caroline Noirot, présidente des Belles Lettres, et Laurent Thirouin, directeur du GRAC, ont su croire dans son esprit d’initiative : nous souhaitons, pour l’avenir, beaucoup d’autres collaborations aussi fructueuses. Ma pensée la plus reconnaissante se dirige également vers Paul Gaillardon, qui a consacré trois mois entiers à collecter, vérifier, corriger, unifier le texte que lui envoyaient ses correspondants. Sans le travail de fourmi qu’il a réalisé, sur les passages de langue grecque notamment, les quelque deux mille cinq cents pages que nous vous présentons n’auraient jamais pu voir le jour, du moins sous cette forme.  Il poursuit actuellement ce travail, pour vous présenter le texte le plus correct possible.

 

Curieux, si vous prenez plaisir à picorer d’un adage à l’autre, chercheurs, si vous employez l’outil de recherche que nous vous proposons, enseignants, si vous ouvrez vos étudiants ou vos élèves à cette autre partie de la latinité qu’il faut redécouvrir, vous les aurez payés de l’effort qu’ils ont fait.

Tristan Vigliano.

 

Erasme mit plus de trente-six ans à composer ses quatre mille cent cinquante et un Adages : un clic vous suffira à les télécharger. Merci de ne pas fermer la fenêtre qui va s’ouvrir, et de bien vouloir patienter… entre trente secondes et une minute ! Vous pouvez consulter les quatre tomes des Adages séparément, avec notre module de lecture assistée  ou en PDF :

Tome I (adages 1-1000) : modulePDF.

Tome II (adages 1001-2000) : modulePDF.

Tome III (adages 2001-3000) :  modulePDF.

Tome IV (adages 3001-4151) : modulePDF.

Table des adages : modulePDF.

Vous pouvez aussi consulter le texte intégral en PDF.

* Régalez-vous à les lire, comme je me suis régalée à les traduire,puisque je fais partie de l'équipe des "traducteurs courageux" ! GMB.
Lire la suite

Conférence sur "Erasme dans le XXI° siècle: séduction d'une écriture" par JC. Saladin

7 Juillet 2010 , Rédigé par Glaukopis Athéna

     cliquez sur le nom de Jean-Christophe Saladin ci -dessous!

 

     Association le latin dans les littératures européennes     

                                                     ALLE, www.sitealle.com

 

                                      “The past is never dead. It’s not even past”(W.Faulkner)

 

 

                          Calendrier des conférences de l’année 2010/2011

  1 -    Mardi  5 octobre 2010, 18h, salle des conférences du lycée Henri IV

         Michel Jarrety, Professeur des Universités, Littérature du XXème siècle :

                   Valéry et la latinité

  2 -    Jeudi 2 décembre 2010, 18h,  salle des conférences du lycée Louis le Grand :

          Christian Goudineau, Professeur au Collège de France, Chaire des Antiquités nationales :

                   Vercingétorix, mythe ou réalité ?

  3 -     Mardi 8 février 2011, 18h, salle des spectacles du lycée Fénelon :

           Francis Goyet, Professeur de littérature française de la Renaissance, Université de Grenoble :

                   Pouvoirs de l’orateur, résistance de l’auditoire

  4 -     Samedi 28 mai 2011, de 9h30, à 18h30, salle des conférences du lycée Henri IV, Journée Erasme :

                  Erasme dans le XXIème siècle : Séductions d’une écriture

      Intervenants : Philip Ford, Yves Hersant, Sylvie Laigneau, Jean Christophe Saladin,   Cécilia Suzzoni, Tristan Vigliano, Etienne Wolff

         (Les libellés des interventions seront publiés ultérieurement)

Lire la suite

Mon printemps grec à Nauplie...Ναύπλιο

1 Juin 2010 , Rédigé par Glaukopis Athéna

 

 

P4070061.JPGP4070066.JPG

 

Et ces photos de Nauplie, première capitale de la Grèce, "Là tout n'est qu'ordre et beauté...
  

P4070054.JPG

 

 

P4070055.JPG

 

P4070076.JPG

 

luxe...

 

 

P4070082.JPG

 

calme...

 

 P4070071.JPG

 

...et volupté !" ( Baudelaire)

 

P4070075.JPG

 

 

 

 

photos de "cocotte philhelléne"  prises en Avril 2010.

Lire la suite

CAVE CANEM ! textes et mosaïques .

25 Mai 2010 , Rédigé par Glaukopis Athéna

poete3

 

Satiricon, Pétrone, chapitre 29. ( Editions Guillaume Budé)

Ceterum ego dum omnia stupeo, paene resupinatus crura mea fregi. Ad sinistram enim intrantibus non longe ab ostiarii cella canis ingens, catena vinctus, in pariete erat pictus superque quadrata littera scriptum : CAVE CANEM. et collegae quidem mei riserunt...

 

Tandis que je m'extasiais sur tout ce luxe, je manquai tomber à la renverse et me casser les jambes. En effet, à gauche, non loin de la loge du portier, était peint sur le mur un énorme chien enchaîné surmonté de cette inscription en lettres capitales : ATTENTION AU CHIEN . Mes compagnons s'esclaffèrent... Trad. Géraldine Puccini, Arléa)

 

Archéologie : Maison du poète tragique à Pompéi :

 

L'entrée de la maison est précédée d'un pavement en brique pilée orné de grandes tesselles en travertin, et la porte devait être à double battant, si l'on en croit les traces laissées dans le sol Le long vestibule était décoré d'une plinthe rouge surmontée de panneaux sur fond jaune ; ils étaient divisés par des cadres présentant une fausse barrière en bois et un cadélabre sur fond blanc Une mosaïque blanche parsemée de grandes tesselles noires, et cernée par une double bordure noire, constituait le pavement Ensuite, figurait l'image d'un chien noir, presque grandeur nature, avec tous les détails (yeux, collier et chaîne) finement reproduits en tesselles polychromes Sous le chien, on peut lire une inscription en tesselles noires sur fond blanc : "cave canem" (attention au chien) La mosaïque de la partie antérieure du vestibule montre un chien en laisse au premier plan, on peut lire "Cave Canem" (attention au chien).

602px-Cave_canem.jpg Un autre chien à Pompéi, même si la mention CAVE CANEM n'apparaît pas. ( Musée archéologique de Naples)

Lire la suite

carpe diem !

22 Mai 2010 , Rédigé par Glaukopis Athéna

180px-Yvoire_cadran_solaire.jpg 

 

Tu ne quaesieris ( scire nefas) quem mihi, quem tibi

Finem di dederint, Leuconoe,nec Babylonios

Temptaris numeros. Ut melius quicquid erit pati !

Seu pluris hiemes seu tribuit Juppiter ultimam,

Quae nunc oppositis debilitat pumicibus mare

Tyrrhenum, sapias, vina liques et spatio brevi

Spem longas reseces. Dum loquimur, fugerit invida

Aetas : carpe diem, quam minimum credula postero.

 

Horace, Odes, I, 11,

À Leuconoé.

 

Ne cherche point _ fatal secret_ pour toi, pour moi

Quels desseins ont les dieux, Leuconoé ; oublie

Les nombres chaldéens : mieux vaut subir le Sort !

Zeus t’accorde plusieurs hivers ou le dernier

Qui lors brise aux rochers la mer Tyrrhénienne,

Sois sage, clarifie le vin, et coupe court

Aux longs espoirs de vie ; nous parlons, le temps fuit,

Jaloux ; cueille le jour sans croire au lendemain.

 

Traduction de Henri Tournier.

 

 

 

 

Lire la suite

Poèmes de sappho de Mytilène et images de la Grèce antique : Angélique Ionatos

17 Mai 2010 , Rédigé par Glaukopis Athéna

 

 

 Sur ce lien : http://www.youtube.com/watch?v=iODjL8z-hSc&feature=related

ΣΑΠΦΩ, ΘΕΛΩ ΤΙ Τ΄ ΕΙΠΗΝ - Thelo ti t'ipin

Poème de SapphoΣΑΠΦΩ, ΘΕΛΩ ΤΙ Τ΄ ΕΙΠΗΝ - Thelo ti t'ipin
chanté par AngéliqUE IONATOS et illustré par

 des peintures et fresques de l'Antiquité grecque et romaine, mosaïques et peintures de vases grecs ! une merveille !

 

Lire la suite

tango en grec ancien !

4 Mai 2010 , Rédigé par Glaukopis Athéna

Le tango mnémotechnique, explique Angélique Ionatos, est une création de Katerina Fotinaki, qui, avant de devenir chanteuse professionnelle, enseignait le grec ancien. Elle avait donc créé un morceau pour permettre à ses élèves de retenir les pronoms personnels. Il s'agit donc d'un tango en grec ancien.... si ça vous chante, écoutez !

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>