Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
"NAVIGARE NECESSE EST"

Mémoire de maîtrise -4-: graffitis amoureux

Rédigé par Glaukopis Athéna

III- Les Pompéiens et les graffitis amoureux :

Dans la masse de ces graffitis, des prénoms isolés se détachent, d'autres se rassemblent, et petit à petit, toute une légende se construit et nous révèle les épisodes de l'histoire affective d'êtres éphémères dont les sentiments et les impulsions demeurent, gravés...

« Les murs ont la parole » !

A- Les prénoms associés

Des hommes et des femmes ont inscrit leur nom dans la pierre ou le stuc comme FORTUNA - 5 371 -, dans une belle écriture déliée, généreuse et équilibrée, avec des lettres aux longs ou larges jambages :

Mémoire de maîtrise -4-: graffitis amoureux

et ailleurs, sans doute un « petit ami », AMICULUS - 8 269 - dont la signature recèle un souci un peu maladroit d’esthétisme, et peut-être de séduction ...

 

 

 

 

 

 

Mémoire de maîtrise -4-: graffitis amoureux

On trouve encore FORTUNATUS - 7 309 - en grosses lettres, et quelquefois un portrait associé ou non, dans la même écriture large :

 

GIULI(a)US - 7 309 -

TROPHIMUS    b ...                                                                            

 

Ces prénoms isolés, écrits par soi-même ou par d’autres, par superstition amoureuse, par jeu ou par défi parfois, se rencontrent, s’associent entre eux de mille façons.

 

Lui à Elle :

Ici l’homme s’adresse à la femme qu’il aime en associant son nom au sien. Les messages sont brefs et toute la tendresse est contenue dans le possessif SUAE ( sa chère, ou sa chérie ) et dans le salut.

 

ISMARUS CROCINENI SUAE SALUTEM - 5 298-

PIER APRONIAE SECUNDINAE SALUTEM - 7 062 -

CAMPYLUS SALUTEM - 6 817 -

MODESTUS MUSAE SUAE - 8 638 -

EROS THYMELI (salutem) - 8 653 -

LUCILIUS LUCIDAE SUAE UBIQUE SALUTEM - 8 676 / 77-

MAXIMUS IRENAE SU(a)E (salutem) C. I. L. IV Suppl. III - 10 079 -

 

Ce message direct peut s’enrichir d’un souhait ou d’une bénédiction :

 

SECUNDUS PRIMAE SUAE UBIQUE IPSE SALUTEM

ROGO, DOMINA, UT ME AMES - 8 364 -

Secundus lui-même à sa chère Prima, en tout lieu,

je te prie, maîtresse ( de mon coeur), de m'aimer !

 

Il s’agit sans doute ici du nom d’un affranchi (Secundus) : l’écriture est maladroite et irrégulière, le nom de Secundus inscrit en très grandes lettres, et le message entouré d’un trait.

 

L. AELIUS MAGNUS PLOTILLAE SUAE

ROGO, DOMINA SALUTEM - 1 991 -

VICTORIA VALE ET UBIQUE IS,  SUAVITER STERNUTES - 1 477 -

( Puisses-tu éternuer avec bonheur).                                                  

VALE NODESTA, VALE ! VALEAS UBICUMQUE ES - 4 504 -

 

Dans ces deux dernières inscriptions, l’amant omet son nom.

 

Elle à lui :

Nous avons peu de documents dans ce cas de figure...Les femmes écrivaient - elles moins sur les murs que les hommes?

 

OPTATA SECUNDO SUO SALUTEM - 8 755 -

Optata salue son cher Secundus !

 

Ici la formulation est la même dans la réciprocité.

VIRGULA, dans une inscription effrontée mais non dénuée de tendresse ( Tertio suo) s’adresse à son mari, dans une écriture serrée et régulière :

 

VIRGLA TERTIO SUO INDECENS ES - 1 881 -

Virgula à son cher Tertius , tu es indécent !

 

Une autre femme dont nous ne connaissons pas le nom a écrit dans une langue populaire, cette apostrophe énergique à un muletier, pressée d’arriver au plus vite à Pompéi pour se réjouir de son amant :

 

AMORIS IGNES SI SENTIRES, MULIO

MAGIS PROPERARES UT VIDERES VENEREM

DILIGO IUVENEM VENUSTUM : ROGO, PUNGE, IAMUS

BEBISTI ? IAMUS ! PRENDE LORA ET EXCUTE,

POMPEIOS DEFER, UBI DULCIS EST AMOR MEUS - 5 092 -

Allons, je t’en prie, tu as fini de boire ? allons, pressons, muletier, dépêche-toi de me conduire à Pompéi auprès d e mon doux ami  ! ...

 

Elle, lui et les autres :

Nous avons vu dans les inscriptions précédentes, que lui ou elle s’adresse directement à l’autre à la première personne; en inscrivant son propre nom également, dans la plupart des cas.

Cette fois, une tierce personne qui demeure anonyme, se mêle des relations de  deux amants en mentionnant leurs noms : témoin ou « voyageur », elle regarde ainsi à distance et parle à la troisième personne en introduisant  diverses notations pour dire le lien , la liaison :

 

la notation "amat" (aime)

MARCUS SPENDUSAM AMAT - 7 086 -

FIGULUS AMAT IDAIAM - 3 131 -

CAESIUS FIDELIS AMAT MECONEM - 1 812 -

CORNELIA HELENA AMATUR AB RUFO - 4 637 -,

 

l a liaison "cum" ( avec):

MODESTUS CUM ALBANA - 6 818 -

FELIX CUM FORTUNATA - 2 224 -,

 

cette liaison se trouble parfois de notations plus ou moins ambiguës, sans doute à dessein :

 

ROMULA HIC CUM STAPHILO MORATUR - 2 060 -

Romula s'attarde ici avec Staphilus.

ANTIOCHUS HIC MANSIT CUM CITHERA - 8 792 -,

Anthiocus est resté ici avec Cithéra.

qui se précisent à l'occasion : il s'agirait donc de sexe !

 

ARPHOCRAS HIC CUM DRAUCA

BENE FUTUIT DENARIO - 2 193 -

Arphocras a bien baisé ici avec Drauca, pour un denier.

L'écriture ici est hachée, comme  écrite à la hâte  et peu lisible.

 

On note que les lettres sont parfois très stylisées, par exemple le E est représenté par deux segments parallèles : \ \

En ce qui concerne ces graffitis populaires et plus ou moins vulgaires, le graphisme est souvent simplifié à une suite de segments de ce genre. On peut se référer dans ce domaine à KRENKEL (Pompejanische Inschriften), qui a établi un alphabet constitué de toutes les formes de lettres trouvées dans les inscriptions Pompéiennes.

L'indiscrétion, à la limite du voyeurisme dans le cas précédent se traduira cette fois par le désir assez puéril de faire un pied de nez à quelqu'un :

SERENA ISIDORUM FASTIDIT - 3 117 -

Séréna est dégoûtée par Isidorus.

ou

MARCELLUS PRAENESTINAM AMAT ET NON CURATUR - 7 679 -

Marcellus aime Praenestina qui n'en a rien à faire de lui .

À ce propos nous nous souvenons du dialogue sur le mur de deux "prétendants", Successus le tisserand et Severus, tous deux épris de la servante IRIS - 8 258- 8 259 - ... AMAS HIRIDEM QUA(e) TE NON CURAT ! ...( Tu aimes Iris qui n'en a rien à faire de toi)

 

Mais l'intervention de "l'autre" peut aussi être bénéfique et amicale, complice des amants :

 

METHE, COMINAE, ATELLANA, AMANT CRESTUM CORDE ET SEMPER CONCORDES VIVANT - 2 457 -,

Methé, Cominae, Atellana aiment Crestus...

et dans une formulation assez courante : qu'ils soient heureux ensemble jusqu'à la fin de leurs jours !

 

DAPHNICUS CUM FELICULA SUA HAC BENE

FELICULAE, BENE DAPHNICO : UTRISQUE BENE EVENIAT - 4 477 -

Daphnis et sa chère Félicula, à Felicula, à Daphnis, Fortune et prospérité !

ou simplement : PELAGIO, FUSCAE, SALUTEM - 8 836 -

Salut à vous, Pelagius et Fusca !

Cette inscription nostalgique :

VIBIUS RESTITUTUS HIC SOLUS DORMIVIT

ET URBANAM SUAM DESIDERABAT - 2 146 -,

Vibius reposé, a dormi tout seul ici, et il avait du désir pour sa chère Urbana.

trouvée sur le mur d'une chambre d'auberge, était-elle un message de VIBIUS  lui-même, ou la marque de sympathie de quelqu'un pour son ami éloigné de sa maîtresse ?

On pourrait peut-être associer cette inscription au vœu d'un homme qui s'en va pour un voyage d'affaires et espère que son amie lui sera fidèle :

PROPERO, VALE MEA SAVA, FAC ME AMES ... - 2 414 -

De la part de  Propérus, porte-toi bien ma chère Sava, fais en sorte de m’aimer 

 

L'adresse emphatique à quelqu'un peut se faire par le biais de la divinité :

VENUS ES VENUS - 1 625 -,

Vénus, tu es Vénus !

et une femme amoureuse inscrira avec exaltation :

NUCERINUS HOMO BELLUS - 8 966 -

Nucerinus homme magnifique !

 

D'autres éloges se feront à la popularité empreinte de fascination qu'exercent certains hommes sur les femmes en particulier :

c'est le cas de deux gladiateurs Crescens et Celadus, "bourreaux des cœurs", et on peut lire:

TRAEX CELADUS RETIARIUS CRESCENS PUPARUM DOMINUS - 4 356-, comme nous l'avons vu précédemment, et aussi, à l'intention de Floronius, soldat de la septième légion :

 

FLORONIUS BENEF(iciarius) AC MILES LEG(ionis)

VII HIC FUIT, NEQUE MULIERES SCIERUNT NISI

PAUCAE ... ET SE DEDERUNT ( ou SESERUNT) - 8 767 -

Floronius bénéficiaire et soldat de la septième légion, était ici et peu de femmes l'ont su et se sont offertes à lui !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

:

B- Elargissement du champ affectif:

Partager cette page

Repost 0