Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
"NAVIGARE NECESSE EST"

Fantômes à Rome, sueurs froides et maisons hantées !

6 Janvier 2011 , Rédigé par Glaukopis Athéna

 

Idolum, effigies, spectrum, imago, larva, umbrae, des mots pour nommer le fantôme, le spectre, l'image ou l'ombre du vivant, fantôme sans os ...

 

Chez PLine le Jeune dans sa correspondance  avec Trajan, cette anecdote :

 

Erat Athenis spatiosa et capax domus, sed infamis et pestilens. Per silentium noctis sonus ferri et, si attenderes acrius, strepitus vinculorum longius primo, deinde e proximo reddebatur : Mox apparebat idolon, senex macie et squalore confectus, promissa barba, horrenti capillo; cruribus compedes, manibus catenas gerebat quatiebatque.

Inde inhabitantibus tristes diraeque noctes per metum vigilabantur; vigiliam morbus et, crescente formidine, mors sequebatur. Nam interdiu quoque, quamquam abscesserat imago, memoria imaginis oculis inhaerebat, longiorque causis timoris timor erat. Deserta inde et damnata solitudine domus totaque illi monstro relicta; proscribebatur tamen, seu quis emere seu quis conducere ignarus tanti mali vellet.

Venit Athenas philosophus Athenodorus, legit titulum, auditoque pretio, quia suspecta vilitas, percunctatus omnia docetur ac nihilo minus, immo tanto magis, conducit. Ubi coepit advesperascere, iubet sterni sibi in prima domus parte, poscit pugillares, stilum, lumen; suos omnes in interiora dimittit, ipse ad scribendum animum, oculos, manum intendit, ne vacua mens audita simulacra et inanes sibi metus fingeret. Initio, quale ubique, silentium noctis, dein concuti ferrum, vincula moveri.

Ille non tollere oculos, non remittere stilum, sed offirmare animum auribusque praetendere. Tum crebrescere fragor, adventare et iam ut in limine, iam ut intra limen audiri. Respicit, videt agnoscitque narratam sibi effigiem. Stabat innuebatque digito, similis vocanti. Hic contra ut paulum exspectaret manu significat rursusque ceris et stilo incumbit. Illa scribentis capiti catenis insonabat. Respicit rursus idem quod prius innuentem nec moratus tollit lumen et sequitur.

 Ibat illa lento gradu, quasi gravis vinculis. Postquam deflexit in aream domus, repente dilapsa deserit comitem. Desertus herbas et folia concerpta signum loco ponit.
Postero die adit magistratus, monet ut illum locum effodi iubeant. Inveniuntur ossa inserta catenis et implicita, quae corpus aevo terraque putrefactum nuda et exesa reliquerat vinculis; collecta publice sepeliuntur. Domus postea rite conditis manibus caruit.

Pline le Jeune

Lettres, VII,27.

 

 

Et puis chez Plaute, "Mostellaria" ou la comédie du fantôme : A vos Gaffiots !

 

La pièce est sur ce lien :

http://remacle.org/bloodwolf/comediens/Plaute/mostellaria.htm

 

A Rome, où l'on se moquait assez volontiers des dieux de l'Olympe, les esprits forts étaient cependant assez rares; peu se défendaient de la croyance aux apparitions, aux spectres, aux prodiges : c'est dire que le titre seul de la comédie de Plante devait exciter puissamment l'intérêt. Un jeune dissipateur, en l'absence de son père, gaspille la fortune et fait de la maison le théâtre d'orgies continuelles.

Le père revient au moment même où les convives sont dans toute l'effervescence du plaisir. Il va entrer, il frappe : comment le retenir ? L'esclave Tranion, qui le guette, s'élance vers lui, l'épouvante, en lui faisant croire que la maison a dû être abandonnée à cause de l'apparition d'un fantôme, le fantôme d'un hôte assassiné par le précédent propriétaire. Mais un usurier survient, et réclame l'intérêt d'une somme qu'il a prêtée.

Nouvelle fourberie : cet argent, dit l'esclave, a été employé à l'acquisition d'une autre maison, une maison magnifique, que l'on a eue presque pour rien. Quelle est cette maison ? Celle du voisin.

Le vieillard veut la visiter; Tranion l'y conduit, il ose même mettre en présence les deux vieillards; le bonhomme est charmé des portiques, des cours, des appartements, il trouve l'acquisition excellente et se frotte les mains, quand un esclave qui vient chercher l'un des convives évente toute la ruse. Grande colère du père; mais un ami de son fils, que l'on a vu ivre et qui a cuvé son vin, obtient la grâce et du jeune homme et de l'esclave.

Les Spartiates, pour dégoûter leurs enfants de l'ivrognerie, leur mettaient sous les yeux des esclaves ivres; Plaute,pour donner une leçon à la jeunesse romaine, ne craint pas de lui montrer, dans le spectacle d'une orgie complète, la dégradation où mène la débauche.

 

ARGUMENT :

Philolachès achète sa maîtresse, l'affranchit et mange tout le bien en l'absence de son père.

Le vieillard, à son retour, est mystifié par Tranion, qui lui dit qu'il revient dans la maison des spectres épouvantables, et qu'il a fallu d'abord en sortir.

Survient un avare usurier qui réclame ses intérêts. Le bonhomme est dupé une seconde fois : Tranion lui fait croire qu'on a emprunté pour acheter la maison. Il demande où elle est, on lui indique celle du plus proche voisin. Il la visite, puis il gémit d'avoir été trompé : cependant il se laisse apaiser par l'ami de son fils.

 

PERSONNAGES.

TRANION, esclave de Philolachès.

GRUMION, fermier de Theuropide.

PHILOLACHÈS, fils de Theuropide.

PHILÉMATIE, courtisane.

SCAPHA, suivante de Philématie.

CALLIDAMATE, ami de Philolachès.

DELPHIUM, courtisane.

THEUROPIDE, père de Philolachès.

SIMON, voisin de Theuropide.

UN USURIER.

PHANISQUE, esclave de Callidamate.

UN AUTRE ESCLAVE de Callidamate.

UN TROISIÈME ESCLAVE.

LE REVENANT.

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

auberge de jeunesse rome 08/10/2011 17:52



Garace a dieu que ce n'est pas le cas de notre jour.