Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
"NAVIGARE NECESSE EST"

L'Utilité de l'Inutile, Nuccio Ordine

23 Février 2013 , Rédigé par Glaukopis Athéna Publié dans #AGENDA

22510100438150M.gif

"Il n'est pas vrai_pas même en temps de crise_ que seul ce qui est source de profit soit utile; il existe dans les démocraties marchandes des savoirs réputés "inutiles" qui se révèlenet en réalité d'une extraordinaire utilité..."

 

Avec ce titre qui résonne ( et raisonne) comme un traité , un manifeste situationniste, un pamphlet aussi, Nuccio Ordine travaille en humaniste et croise sans cesse les réflexions de grands philosophes, d' écrivains consacrés,

antiques,anciens ,modernes , contemporains, pour nous livrer ce passionnant  petit livre rouge, que l'on a envie de toucher, d'ouvrir de garder "par devers soi" dirait Montaigne , de lire avec intérêt ! GMB

 

En ouvrant le petit livre rouge ... des chapitres numérotés comme des adages ou titrés comme des fables : 

1-Celui qui n'a pas n'est pas-4- Les petits poissons d'or du colonnel Buendia-9- Ovide: Rien de plus utile que les arts inutiles- 5- Dante et Pétrarque: la littérature ne doit pas être soumise au principe de rentabilité                -6- Aristote: le savoir n'a pas d'utilité pratique- 7- Pur théoricien ou  philosophe-roi ? les contradictions de Platon -9- Ovide : rien de plus utile que les Arts inutiles -11- Léopardi flâneur : le choix de l'inutile contre l'utilitarisme d'un siècle "orgueilleux, idiot"- 14-Garcia Lorca: il est imprudent de vivre sans la folie de la poésie-18-Eugène Ionesco: l'utile est un poids inutile- 19- Italo Calvino : ce qui est gratuit se révèle essentiel....

 

En fauilletant les pages, la toute première : incipit : "Dans un récit autobiographique, Vincenzo Padula_ un prêtre révolutionnaire qui a vécu dans un village de Calabre entre 1819 et 1893_ évoque la première leçon de vie qu'il ait reçue de sa famille, alors qu'il était encore jeune étudiant.

N'ayant pas donné de réponse satisfaisante à une question insidieuse de son père ( " comment se fait-il que, dans tous les alphabets, le A vienne en premier et le E en second ?"), le séminariste écoute avec une vive curiosité l'explication que lui propose alors son interlocuteur: " Dans notre malheureux monde, celui qui A EST, et celui qui n'A pas n'EST pas", ce pour quoi la lettre A précède toujours la lettre E. En outre, "dans la société civile",  ceux qui n'ont pas constituent la masse des consonnes, "parce qu'ils sont en consonance  avec la voix du riche et se conforment à ses actes, et qu'il est, lui, la voyelle, sans laquelle je doute pouvoir produire un son à partir d'une consonne".

 

      J'ai lu aussi de Nuccio Ordine :9782251444505_0.jpg " Les portraits de garcia Màrquez", La répétition et la différence.


Livre qui m'a inspiré ces notes de lectures: 

 

 

Ce petit livre édité pas les Belles Lettres, tient à la fois de la littérature et de l’art, et sa construction est riche de mises en abîmes du portait : portraits de Garcia Marquez en tant que modèle du peintre Franco Azzinari, portrait de Garcia Marquez le romancier par l’écrivain Nuccio Ordine, et l’écho saisissant entre le romancier et ses personnages compagnons de « soledad », ceux de Cent ans de Solitude .

C’est ainsi que nous lecteurs, nous laissons guider dans cette « galerie », par un exposé d’une grande clarté, au fil des 20 tableaux et leur correspondance symbolique avec les 20 sections du roman.

La magie tient au pouvoir de révélation de ces portraits, et l’émotion naît de l’enchaînement des tableaux et  plus intensément des  deux derniers, avec ce roman que Marquez lit et qui  va se refermer et, à la fin de la série, de l’écrivain adossé au grand fauteuil vert et méditatif, le regard tourné vers le haut après la lecture du dernier mot ?

«  Peut-être est-ce seulement quand ces dernières lignes fatidiques auront été lues que les 20 portraits de Gabriel Garcia Márquez pourront «  capturer » son image pour la confier définitivement à la mémoire ».

 

Geneviève Moreau-Bucherie


Lire la suite