Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
"NAVIGARE NECESSE EST"

Nouvelle traduction de l'Enéide par Paul Veyne

17 Novembre 2012 , Rédigé par Glaukopis Athéna Publié dans #AGENDA

 

Un événement et une rencontre avec PAUL VEYNE Jeudi 22 Novembre 2012 à la LIbrairie Guillaume Budé : reçu par Hélène Monsacré

374110_449905321744086_611926941_n-copie-1.jpg

pour la parution en coédition Les Belles Lettres-Albin Michel, de sa traduction de l'Enéide de VIRGILE.

         " Aux antipodes de nos romans réalistes en six cents longues pages, l'antique narration épique est rapide jusqu'à être elliptique; tout en restant claire, elle abrège, elle stylise l'événement, que celyui-ci soit un duel ou un naufrage; deux beaux vers suscitent tout un paysage." Paul Veyne. 

"Alors, hâtons-nous de rassurer le lecteur de bonne volonté. En ouvrant l'Enéide, on ne s'attèle pas à la lecture d'une de ces créations souveraines et écrasantes qui dominent les siècles et les continents: L'Enéide est une oeuvre belle, non grande, Virgile n'est pas Dante ou Shakespeare, et l'Enéide n'est pas l'Iliade. En revanche, Virgile est le plus mozartien des poètes antiques et l'Enéide n'a rien d'académique: à la lire, on ne s'ennuie pas." Paul Veyne, préface à la présente édition, page 12.


263579_10151233808244523_1365358831_n.jpg En librairie depuis le 14 Novembre 2012.

 

      Archéologue et historien, spécialiste de la Rome Antique. Ancien élève de l'Ecole normale supérieure, membre de l'Ecole française de Rome ( 1955-1957), il est professeur honoraire au Collège de France.

 

"Entretien radiophonique avec paul Veyne : france Culture  http://www.franceculture.fr/personne-paul-veyne.html

 

 

Lire la suite

Dougga, Thugga, un voyage, un roman.

16 Novembre 2012 , Rédigé par Glaukopis Athéna Publié dans #Carnets de voyage

 

Un voyage avec des latinistes en 2009, un des plus beaux sites antique, en terre africaine, Africa Nova en Tunisie.

 

En 2012, je découvre un petit livre de l'édition "elyzad", "Les blés de Dougga" d'Alia MABROUK.

 

dougga ( voir sur ce lien la description du roman .)

C'est alors comme un second voyage que je fais, seule, dans les ruines de Dougga que la romancière tunisienne  ressuscite sous les pas de son héros, durant l'été 295, le procurateur carthaginois Caecilius Metellus. Suivons son itinéraire lorsqu'il entre dans Thougga et pénètre dans maisons et palais...

 

J'ai donc trouvé les légendes aux photos que j'ai prises dans ce site magique...


 P4140141


P4140115.JPG "La campagne était déserte en ce milieu de jour. le soleil au zénith, disque blanc dans un ciel que la chaleur troublait; un air vibrant, frémissant, faisait craquer les épis pour libérer les grains.

Une arche romaine s'élevait à travers champs, un peu plus loin, une route dallée de grandes plaques de pierre se frayait parmi les herbes sèches et les chardons, et gravissait la montagne pelée toute proche...."(page 9)

 

P4140135 " La cité se campa devant lui, avec ses toits de tuiles brique, ses villas étagées sur les flancs des hautes collines et le gracieux portique de son capitole telle une vigie surveillant

l'étranger qui pénètre son enceinte ...

 

"P4140138.jpg

 

"Il tira brusquement sur les rênes, arrêtant son quadrige. Les chevaux hors d'haleine piaffèrent de colère, mais lui regardait  tout là-haut, le théâtre de Thugga perché sur la plus haute colline.

 

P4140128"Il voyait se profiler la majestueuse et sobre colonnade de sa façade, il voyait les fûts de quatorze immenses colonnes soutenir un entablement de pierre où était peint en lettres écarlates:

 

P. MARCIUS Q.F. ARN. QUADRATUS. FLAMEN.

DIVI. AUG. PONT.C.I.K. IN QUINQUE. DECURIAS.

INO. AUG. PIO. OB. HONOREM. FLAMINATUS.

SUI. PERPETUI. PATRIAE. SUAE. THEATRUM. CUM.

BASILICIS. ET. PORTICU. ET. XYSTIS. ET SCAENA.

CUM. SIPARIS. ET. ORNAMENTIS. OMNIBUS.

A. TRUCTUM. SUA. PEC. IDEMQ. LUDIS.

SCAENICIS. EDITIS. ET. S¨PORTULIS. DATIS. ET.

EPULO. ET. GYMNASIO. DED.

 

Il mit sa main en auvent devant les yeux et essaya d'apercevoir, derrière la forêt de colonnes sur le promenoir, Marcus Quadratus Arnensis se pavanant, tout fier du cadeau qu'il dédiait à sa ville, au milieu des précieuses en grande tenue d'apparat et des coquets en habit de cérémonie réajustant un accroche-coeur qui tombait; mais non ! pLus d'un siècle s'était écoulé et seul le théâtre témoignait de ce généreux bienfaiteur."                 (page 11)

 

 P4140118 Les lourds battants de la porte du palais tournèrent sur leurs gonds de bois pour l'inviter à pénétrer dans cette demeure de la très belle Thugga.

Il entra, l'air important et décidé du messager de la célèbre Carthage. Sous le porche carré, au sol recouvert de mosaïques brunes, les arabesques s'entrelaçaient en un dessin géométrique , trompe-l'oeil confondant formes et


plans. P4140111


Caecilius Metellus y posa un pied quelque peu hésitant mais sentant le sol plat, il sourit et fit le tour de l'atrium pour admirer dans les niches les statuettes de marbre blanc vouées à Cérès, déesse de la moisoon, si belle, si généreuse et une couronne d'épis la célébrait..." (page 74)

 

P4140127.JPG " La route montait vers la collline. Ils passèrent devant le marché aux olives, fermé à cette époque de l'année et qui attendait novembre pour reprendre son activité.

Surplombant la ville, le Capitole leur faisait face, à droite de la Rose des Vents bordée par le temple de Mercure..." (page 129)

 

Il faut imaginer Thougga la Berbère, ce monde de pierres, comme un souk les jours de marché à Tunis, avec des couleurs , des bêtes, des enfants, des nourritures exquises, des maisons décorées avec art et raffinement, couvertes de tapis de pierre et vrais tapis de laine, épais et lumineux ! 

J'ai acheté à Kairouan et rapporté dans mes bagages, un tapis berbère, imité certainement de ces tapis de pierres de Dougga, mosaïques de l'Africa Romana   DSCN2147.JPG

 

Photos de Geneviève Moreau-Bucherie

Lire la suite